Un article à lire

Les dragons ne sont pas là pour rigoler

Les différents livres de la saga du Royaume des Anciens sont remplis de sang, de morts et de violence. Fitz est un assassin, Kennit un pirat...

samedi 22 janvier 2022

Le Fou, homme, femme ou peu importe

Dans l’assassin royal, l’aventure se déroule à travers les yeux de Fitz. Il est le principal narrateur, il est celui qui délivre un bon nombre d’informations, celui qui permet au lecteur d’observer ce qui se passe. Fitz n’est pas neutre, ni objectif, il a des émotions, des sentiments, des préjugés, des attentes. Il faut aussi noter que des informations historiques, des détails de biographie, des compte-rendus de missions d’Umbre et autres choses sont présents à chaque début de chapitre. C’est donc via Fitz que l’on rencontre pour la première fois le Fou. Tout nous laisse croire que le Fou est un homme, un jeune garçon même si son apparence physique rend la chose compliquée à estimer. Quand le Fou est mentionné, ce sont des pronoms masculins qui sont employés, les tenues qu’il porte sont celles des hommes. Pour autant, Fitz a des doutes. Enfant curieux, il demande au Fou s’il est un homme ou une femme. La réponse du Fou est claire et illustre bien qui il est : un individu qui aime jeter un voile de mystères autour de lui, qui a une forte envie de garder ses secrets (« on a beaucoup débattu du sexe du fou. Quand, plus jeune et plus direct que je ne le suis aujourd’hui, je l’interrogeai sur la question, il me répondit que cela ne regardait personne d’autre que lui-même »). Et c’est ce qu’il s’est employé à faire à la cour de Castelcerf, un endroit où les gens proches du pouvoir sont soumis à tout un tas de pression, d’observation et parfois de malveillance.

L’insistance à découvrir le sexe du Fou se fera plus présente lorsque Fitz et les autres partiront à la recherche de Vérité. Dans ce groupe, il y a une ménestrelle appelée Astérie qui est attirée par Fitz. Mais, elle est jalouse de la complicité entre Fitz et le Fou. Elle aimerait que le bâtard royal s’intéresse plus à elle, qu’il ait moins de moments seuls avec le Fou. Astérie analyse alors la situation et en vient alors à une conclusion simple : «  Le fou est une femme, et elle est amoureuse de vous ». De son point de vue des choses, Astérie ne peut admettre que deux personnes soient si proches sans qu’il n’y ait d’attirance physique ou amoureuse. Comme Fitz est un homme, Le Fou ne peut être qu’une femme, déguisée et habillée certes. Fitz, inquiet et vexé, s’en ouvre au Fou. Il l’aborde maladroitement, lui disant que son attitude laisse croire de fausses choses à Astérie. Le Fou lui répond alors que le sexe importe peu, que l’amour ne se définit pas par le genre tout comme toutes les autres relations : « depuis le temps que je vis parmi vous, c’est la seule chose à laquelle je n’ai jamais pu m’habituer : l’importance que vous attachez au sexe de chacun ». Elle est peut-être là d’ailleurs la raison d’une telle différence de point de vue : le Fou n’est pas des Six-Duchés, il vient d’un autre pays, d’une autre culture. De façon grivoise, le Fou questionne Fitz sur son amour pour Molly (« dis-moi, Fitz, était-ce Molly que tu aimais ou ce qu’il y avait sous ses jupes ? »). Autrement dit, est ce que le genre de la personne est un préalable au développement de sentiments amoureux ? Pour le Fou, clairement non. Cette question met Fitz au pied du mur, il ne sait trop quoi réponde, il se perd dans des explications vaseuses.

Des décennies plus tard, les deux auront une violente dispute quand Fitz surprendra une conversation entre le Fou (appelé Sire Doré) et Jek, une amie du Fou. Jek a connu le Fou quand il était Ambre (une femme) dans les Aventuriers de la Mer. Fitz surprend la conversation et est choqué par ce qu’il entend. Si le Fou est une femme, ça remet en cause toute leur histoire commune. Fitz a énormément de mal à assimiler qu’il ait pu partager tant de moments intimes avec un homme, et surtout une personne qu’il ne connaît pas. Il va même plus loin dans les paroles cruelles en disant qu’il n’envisagera jamais de coucher avec le Fou. Il ne peut simplement pas.

Dans la trilogie du Fou et de l’assassin, on se rend compte que le sexe du Fou importe peu. Ceux qui le connaissent ont appréhendé son amour des secrets, le fait qu’il n’aime pas trop en dévoiler sur lui, sa passion des déguisements et ses différentes identités. Umbre s’est servi des talents du Fou (notamment en terme de maquillage) pour perfectionner ses costumes et apparences.

Lorsqu’ils s’en vont vers Clerres, le Fou a un serviteur appelé Cendre. Or, ce dernier est aussi Braise (une femme). Cela surprend Persévérance (« Alors, c’est sa véritable identité ? C’est une fille et elle s’appelle Braise »). Cela choque le jeune homme car il trouve Braise attirante et a du mal à laisser aller ses sentiments en sachant qu’il joue aussi l’homme. La réponse de Fitz le soulage et montre aussi au lecteur tout le chemin parcouru. C’en est Fini du Fitz coincé et buté, qui ne parvient pas à dépasser la barrière du genre. Il lui dit que « son identité est son identité, parfois c’est Braise ; parfois Cendre. C’est comme être père, fils et peut-être époux : ce sont toutes des facettes d’une même personne. »

Abeille, elle, se rend compte que la question du sexe du Fou n’intéresse plus personne : « à bord, Bien-Aimé était devenu quelqu’un qui s’appelait Ambre. Pourquoi il avait tant de noms et pourquoi c’était à présent une femme, je n’en avais aucune idée. Tout le monde paraissait trouver cela normal » .

vendredi 21 janvier 2022

Cycles et livres de fantasy lus

Christelle Dabos / La Passe-Miroirs
  • Les Fiancés de l'Hiver
  • Les Disparus du ClairdeLune
  • La Mémoire de Babel
  • La Tempête des Echos
Goerge RR Martin / Le Trône de fer
  • Le Trône de Fer
  • Le Donjon rouge
  • La Bataille des Rois
  • L'Ombre maléfique
  • L'invincible forteresse
  • Intrigues à Port-Réal
  • L'Epée du feu
  • Les Noces pourpres
  • La Loi du Régicide
  • Le Chaos
  • Les Sables de Dorne
  • Un festin pour les corbeaux
  • Le Bûcher d'un roi
  • Les Dragons de Meereen
  • Une danse avec les dragons
George RR Martin / Feu et sang

JK Rowling / Harry Potter
  • Harry Potter à l'école des sorciers
  • Harry Potter et la Chambre des secrets
  • Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban
  • Harry Potter et la Coupe de Feu
  • Harry Potter et l'Ordre du Phénix
  • Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé
  • Harry Potter et les Reliques de la Mort
Joe Abercrombie / La Première Loi
  • L'éloquence de l'épée
  • Déraison et sentiments
  • Dernière Querelle
  • Servir froid
  • Les héros
  • Double tranchant
  • Un soupçon de haine
  • Le problème avec la paix
Joe Abercrombie / La Mer éclatée
  • La moitié d'un roi
  • La moitié d'un monde
  • La moitié d'une guerre
JRR Tolkien
  • Le Hobbit
  • La Fraternité de l'Anneau
  • Les Deux Tours
  • Le Retour du Roi
Philip Pullman / A la croisée des Mondes
  • Les Royaumes du Nord
  • La Tour des Anges
  • Le Miroir d'Ambre
  • Lyra et les oiseaux
  • Il était une fois dans le Nord
Philip Pullman / La trilogie de la Poussière
  • La Belle sauvage
  • La Communauté des esprits
Jean-Louis Fetjaine / La trilogie des elfes
  • Le crépuscule des elfes
  • La nuit des elfes
  • L'heure des elfes
Rick Riordan / Percy Jackson
  • Le Voleur de foudre
  • La Mer des monstres
  • Le Sort du Titan

dimanche 16 janvier 2022

Prilkop : dans le déni quant à Clerres ?

Clerres pensait être à l’abri. Les dragons avaient disparu, les Loinvoyant et leur magie d’Art pris dans la guerre des Pirates Rouges. Seulement, il y a eu un hic : le Fou s’est mis en tête de changer les choses. Il a permis à la lignée des Loinvoyant de survivre et de se débarrasser des Pirates Rouges et avec d’autres personnes il a permis le retour des dragons. Puis, les responsables de Clerres ont cru nécessaire de tuer le « Fils Inattendu », celui devrait les mettre à bas. Ils ont pris un risque en libérant le Fou de sa prison, alors que le Fou lui-même avait décidé de retourner à Clerres. Cela a constitué leur perte en mettant en branle leur chute. Dwalia a enlevé Abeille et en conséquence a réveillé la colère de Fitz et du Fou. Les deux ont mis en place une coalition remarquable pour attaquer Clerres : des vivenefs, des Pirates, des Marchands, des gens des Six-Duchés. Leur puissance a été décuplée quand les dragons, via Tintaglia, ont décidé que cela les concernait aussi. Tous ont alors convergé vers Clerres et ont précipité la ville vers sa chute.

Prilkop est un prisonnier de Clerres. Lui qui fut l’Homme Noir sur Aslevjal et qui a assisté aux péripéties de Glasfeu sur le glacier est retourné avec le Fou dans son pays natal. Il a été torturé et emprisonné, et pourtant il a gardé un amour pour son pays. D’une certaine façon, il a une vision fantasmée de ce que fut l’île et il rêve d’un nouveau départ. Il pense que tous les gens de Clerres ne sont pas coupables et que la coalition des dragons et des hommes devrait faire preuve de mesure. Présent sur place, il est un témoin privilégié de ce qui se passe (« Ils détruisent tout. Ce qu’abeille a commencé avec l’incendie, ils l’achèvent avec de l’acide et à grands coups d’ailes et de queues. S’ils ne cessent pas, il ne subsistera plus du château de Clerres qu’un tas de ruines »). Les propos de Prilkop confirment que la vengeance des dragons est impitoyable et implacable. Prilkop se tourne alors vers celui qui font son ami, son compagnon de voyage. Le Fou lui répond qu’il n’y peut rien, que personne ne peut imposer sa volonté à un dragon. Surtout, le Fou est encore sous le choc de la mort (supposée) de Fitz et refuse de remettre en cause ses dernières actions : « penses-tu vraiment que je déférais quoi que ce soit de l’ouvrage de mon Catalyseur ? »

Prilkop a sous-estimé la rancœur des gens des Six-Duchés. Il a oublié que les hommes souffrent et vivent passionnément leurs émotions et sentiments. Contrairement aux dragons qui savent que le feu des hommes brûle fortement («  Quelle tempête d’émotions ! Comme vous, les humains, vous pouvez en soulever rien qu’en imagination », fit remarquer le dragon sur un ton condescendant », Tintaglia dans Ombres et flammes), Prilkop n’a pas conscience de la peine des victimes des actes des Quatre de Clerres et, surtout, de leur volonté de revanche. Persévérance n’a toujours pas pardonné ce qui s’est passé à Flétribois (« Vos amis ont effacé la mémoire de ma mère, et elle m’a renié et chasse »). Persévérance dit bien « vos amis », cela sous-entend qu’il considère que Prilkop n’est pas dans son camp et comment ne pas le comprendre quand on voit à quel point Prilkop cherche à défendre Clerres.

Prilkop ne comprend pas non plus que ça dépasse les petites questions humaines. Tout cela n’est qu’un épisode dans l’affrontement entre les dragons et Clerres. Abeille lui apprend les horreurs commises sur l’île des Autres (« saviez-vous qu’ils ont fait en sorte que des filets soient placés au large de l’Île des Autres, pour capturer et tuer les serpents afin qu’ils meurent et ne deviennent jamais des dragons »). Les dragons ont obligés de détruire Clerres comme ils ont dû se détruire la ville de Chalcède. Ils n’ont pas oublié l’apathie de Glasfeu qui a permis à Clerres de prendre un ascendant sur les dragons.

Faisant face à un mur d’hostilité, Prilkop n’a pas d’autre choix que s’en aller et agir de son côté, seul : «  L’homme noir le regarda sans répondre, comme réduit au silence par la stupeur. Puis il se détourna et se mit en marche d’un pas incertain. » Il finit par tomber sur un Fitz mal en point qui désire savoir qui est vivant. La réponse de Prilkop («  des vôtres ou des miens ») montre bien qu’il a choisi son camp, qu’il a conservé une certaine fidélité pour Clerres. Les propos tenus à Fitz sont clairs : « vous ne pourriez imaginer tout ce qu’Abeille a détruit en incendiant la bibliothèque. Je ne la blâme pas ; elle ne pouvait s’opposer aux forces qui l’ont façonnée et qui l’ont mise sur cette voie-là. Mais je pleure ce qui a été ainsi perdu. Et je pleure aussi les Blancs dans leurs jolies petites maisons (…) vous ne pouvez pas les en tenir pour responsables pas plus que je ne peux reprocher à Abeille à ce qu’elle est devenue. » Sans doute est-il encore sous le choc de tout ce qu’il a vu. Bien entendu, ce qu’il dit ne peut convaincre Fitz ; Prilkop comprend d’ailleurs que Fitz est loin d’adhérer à qui il est (« je crois que nous n’avons jamais été vraiment amis, FitzChevalerie Loinvoyant »).

Il faut donc tourner la page de Clerres et dessiner un nouvel avenir aux survivants. Clerres détruite, il reste quand même une des Quatre en vie : Capra. Involontairement, Prilkop informe Fitz qu’elle est vivante («  j’ai rassemblé dix-sept Blancs et semi-Blancs (…) ils puisent un réconfort dans l’autorité de Capra qui les guide depuis des générations »). Fitz ira la tuer et laissant ainsi la place libre à Prilkop. D’ailleurs, il est assez salutaire que Fitz ait tué Capra puisque Prilkop faisait preuve d’une naïveté inquiétante : il a rencontré Capra et a cru ce qu’elle lui a dit, que les blancs allaient changer (« j’ai parlé avec elle, et elle m’a promis que nous retournerions à nos anciennes pratiques »).

Des semaines plus tard, Prilkop écrira une lettre au Fou. Clerres détruite, il décide de prendre les choses en main. Il devient le leader des survivants après la mort de Capra (« j’ai pris sur moi de m’occuper des rares Blancs encore en vie. Nous avons quitté Clerres pour une petite ferme sur le continent, et je m’efforce d’enseigner aux jeunes les rudiments de l’agriculture »).